ET LA VIDÉO?

La vidéo peut être complètement indépendante de la carte de contrôle.

Équipé avec les éléments décrits dans la partie précédente, un drone peut parfaitement voler. On effectuera alors un pilotage "à vue", pilotage qui a ses limites  car on est obligé de faire évoluer le drone autour de nous. (Difficile de voir dans quel sens est votre machine à 100m!).

Sur un racer, vu la vitesse et les distances parcourues, la vidéo est obligatoire!

WIFI INTERDIT!

Pour la vidéo, oubliez l'hyper high tech numérique wifi tout ce que vous voulez... En fait, pour l'usage d'un racer, on utilise une technologie d'avant guerre: Un signal vidéo analogique modulé à une fréquence de 5,8 Ghz. On place donc sur le drone une caméra analogique dont le signal va être envoyé à un transmetteur 5,8 Ghz. Ce signal va être transmis au masque ou aux lunettes du pilote. (voir la page masque ou lunettes?). Cet élément possède un récepteur 5,8 Ghz qui va  démoduler le signal hertzien pour en faire une image analogique, image qui sera vue par le pilote. Cette image a une faible définition, n'est pas très belle, sujette au parasites, mais... elle

 est vite retransmise!

caméra - émetteur 5.8 Ghz - récepteur 5.8 Ghz
caméra - émetteur 5.8 Ghz - récepteur 5.8 Ghz

Pourquoi cette technologie Hertzienne préhistorique à l'ère de l'informatique? Parce que le numérique a un gros défaut, il demande des temps de conversion-reconversion d'image avant qu'elle apparaisse à l'écran. Dans la pratique, ça fait un décalage de quelques dixièmes de seconde entre la réalité et l'image qui vous arrive. Voilà pourquoi certains drones jouets utilisent le wifi: à des vitesses très basses, ce décalage de l'ordre d'une demi seconde est à peine gênant. Par contre, ça se complique avec une machine qui file autour de 100 km/h. Pas question d'avoir du retard...

 

Ça marche jusqu'à quelle distance?

Un autre atout de cette technologie, c'est sa portée: on obtient facilement des kilomètres avec les émetteurs adaptés. En France, la puissance des émetteurs vidéos est limitée à 25 mW, fréquence que personne ne respecte. Il n'est pas rare d'avoir des émetteurs de plus de 800 mW. Avec des antennes de qualité, c'est une portée assurée sur des dizaines de Km .

La force du signal hertzien, c’est d'aller loin et de n'avoir quasiment aucun retard.  Tout ce qu'on a besoin pour bien piloter. Par contre, l'image est très moche: on ne peut pas tout avoir!

 

Alors pourquoi a-t-on de magnifiques images tournées par des drones racers? Parce que ces drones embarquent des caméras numériques style Gopro. Ces caméras enregistrent les vols sur des cartes SD en méga super HD 4K. Forcément, ça a une toute autre qualité.

1 caméra FPV+1 GOPRO pour la prise de vue
1 caméra FPV+1 GOPRO pour la prise de vue

Si risquer la vie d'une chère Gopro n'est pas à la portée de votre bourse (pas de la mienne en tout cas), Il existe des alternatives chinoises autour des 80€: Runcam 2 ou 5, Foxeer Legend. Ça n'a pas l'excellence des Gopro, mais ça donne de très belles images.

Certaines caméras FPV disposent d'un enregistreur vidéo HD déporté. Je pense à la Caddx Turtle ou la Runcam Split. J'ai pas encore essayé, mais ça évite de mettre 2 caméras sur le drone, le gain de poids est conséquent.

La qualité d'une caméra FPV

Runcam OWL
Runcam OWL

La caméra FPV doit avoir certaines qualités, outre la rapidité de l'affichage. Elle doit s'adapter très rapidement à la luminosité. Si vous êtes aveugle parce que volez vers le soleil, ou si il fait nuit parce que vous passez dans une zone plus sombre, ça va mal finir. Quelque soit la variation de luminosité, il faut que la caméra puisse afficher une image exploitable. Voilà pourquoi certaines caméras sont un peu plus chères, la qualité a un prix. Personnellement, j'utilise une RUNCAM OWL, et j'en suis très content. Après il y a aussi de très bon modèles chez Foxeer et Caddx.

L'OSD

L'OSD (On Screen Display »), est une interface utilisateur qui apparaît en surimposition d'une image vidéo. Ce n'est pas indispensable pour voler, mais cela permet de visualiser des informations importantes pour le pilote: temps de vol, tension des batteries, horizon artificiel, mode de vol etc... Ces informations sont données par la carte de contrôle. Le signal vidéo passera donc par la carte de contrôle et en sortira pour aller ensuite vers l’émetteur vidéo.